OFFICE DE LA CULTURE
SECTION D'ARCHÉOLOGIE ET PALÉONTOLOGIE

La numismatique

Définition

La numismatique (du grec nomisma, monnaie) est une discipline qui étudie les monnaies comme fait de civilisation. Son champ d’étude s’applique également à des objets directement liés à leur fabrication, comme les coins monétaires (pour les monnaies frappées) ou les moules (pour les monnaies coulées). Il comprend aussi des objets monétiformes comme les médailles ou les jetons (certains y ajoutent même les billets de banque).

Le numismate s’intéresse:

  • à l’objet même: identification de l’autorité émettrice, datation, poids, alliage, technique de fabrication.
  • à des faits de société liés à la monnaie: circulation monétaire dans un espace donné, dévaluations, inflation, pouvoir d’achat, impact des guerres ou des invasions (mesurable par les trésors enfouis durant ces périodes) et le faux monnayage, presque aussi vieux sans doute que la monnaie elle-même.

Dans l’usage courant, le terme "numismate" s’applique aussi aux collectionneurs de monnaies.

Zoom

Détail d’une monnaie romaine du 4e s.,
frappée dans la première officine (P) de
l’atelier de Londres (LON).


Les monnaies de fouilles, source de renseignements archéologiques et historiques

L’archéologue est surtout intéressé par la datation des monnaies trouvées en fouilles, qui donne des indications chronologiques sur les structures mises au jour sur son site. Les monnaies doivent donc d’abord être identifiées.

                                                                         Coupe de la voie romaine à Alle, Noir Bois,
                                                                         avec projection d’une monnaie trouvée en fouille.


Zoom


Lire et dater les monnaies

Vers 300 av. J.-C., les Gaulois adoptèrent l’usage de la monnaie, au début en imitant les monnaies grecques, puis en développant des types propres. Bien que ces pièces ne portent pas d’indication chronologique, la période à laquelle elles ont été émises peut souvent être restituée avec une assez grande précision. Ainsi, les monnaies à la légende TVRONOS – CANTORIX ne se rencontrent que dans des contextes postérieurs à la Guerre des Gaules. L’étude des niveaux archéologiques d’où elles proviennent montre qu’elles ont essentiellement circulé entre 30 et 15 av. J.-C. (mais parfois encore dans les premières décennies du 1er s. ap. J.-C.).

Zoom

Monnaie celtique à la légende TVRONOS – CANTORIX,
trouvée à Alle, Noir Bois, en bordure de la voie romaine.
C’est l’un des indices qui permet d’affirmer que la chaussée,
construite vers le milieu du 1er s. ap. J.-C.,
ne fait que reprendre un chemin en terre battue d’origine gauloise.


Après la conquête de la Gaule par César et la consolidation de la province par Auguste, les monnaies romaines se répandent largement sur le territoire. Elles sont souvent datables avec une grande précision, grâce aux indications qu’elles contiennent, comme sur ce sesterce de l’empereur Commode:

Zoom Sesterce de Commode
Rome, 183
Poids: 23,45 g
Ø: 29-31 mm
(Porrentruy,
Office de la Culture,
collection du Collège).
Zoom

COMMODVS 

Commodus, Commode, élément du nom privé de l'empereur, Marcus (ou Lucius) Aurelius Commodus.


ANTONINVS PIVS 

en devenant empereur en 180, Commode ajoute à ses noms ceux de son grand-père adoptif, Antonin le Pieux (Antoninus Pius), affirmant ainsi sa légitimité dans la dynastie des Antonins.


AVG 

Aug(ustus), Auguste, surnom officiel des empereurs romains.


TR P VIII 

Tr(ibunicia) P(otestate) octavum, investi de la puissance tribunicienne pour la huitième fois. Cette magistrature fait de l’empereur le représentant du peuple et lui donne un droit de veto contre les décisions du Sénat. Au IIe s., elle est renouvelée chaque année le 10 décembre. Commode a occupé cette fonction la huitième fois du 10 décembre 182 au 9 décembre 183.


IMP VI 

Imp(erator) sextum, ayant reçu les salutations impériales pour la sixième fois. Le titre d’imperator est normalement donné au général victorieux, détenteur de l’imperium (le pouvoir militaire). Commode fut IMP VI en 183.


COS IIII 

Co(n)s(ul) quartum, consul pour la quatrième fois. Le consulat est la magistrature suprême qui confère le pouvoir exécutif. Cette charge n’est normalement pas renouvelable, sauf pour l’empereur, qui peut être reconduit chaque année au 1er janvier. Commode fut consul pour la 4ème fois en 183.


P P 

P(ater) P(atriae), Père de la Patrie. Titre honorifique reçu en 177, du vivant de Marc Aurèle.


S C 

S(enatu) C(onsulto) [au revers, de part et d’autre du personnage], par décision du Sénat. Le Sénat avait autorité pour la frappe des monnaies de bronze, l’empereur se réservant celle de l’argent et de l’or.


En recoupant ces informations, la frappe de ce sesterce peut être située entre le 1er janvier et le 9 décembre de l’année 183.

Les monnaies du Moyen Age sont rarement datables avec une telle précision car elles ne portent pas de date, mais uniquement le nom du souverain ou du prince alors en fonction. La date d’émission apparaît peu à peu et tend à se généraliser dès le 16e s.

Zoom

Liard du duché de Lorraine, frappé à Nancy en 1728, provenant du moulin de Bavelier (Movelier).


Que faire en cas de découverte ?

Les trouvailles monétaires constituent une source précieuse d’information, tant pour l’archéologie que pour l’histoire. Les monnaies isolées apportent des témoignages sur les échanges commerciaux à courte, moyenne ou longue distance; les dépôts (ou "trésors"), qu’ils aient l’importance de la cassette de l’Avare ou qu’ils ne correspondent qu’au contenu d’une petite bourse, sont souvent le reflet de crises économiques ou de faits de guerre: les invasions du 3e s. (trésor de Coeuve), la guerre de Trente Ans au 17e s. (trésor de Bressaucourt).

Zoom

Droit (ou avers) d’une pistole de Philippe II,
roi d’Espagne et duc de Milan,
faisant partie du trésor de Bressaucourt,
enfoui durant la Guerre de Trente Ans.


Signalez vos découvertes à la Section d’archéologie de l’Office de la culture (sap@jura.ch). Vous pouvez ainsi contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire économique et sociale des temps passés.

L’obligation de déclarer les découvertes fortuites est du reste prévue par la loi. Le découvreur n’est pas propriétaire de sa trouvaille. Cette dernière, par définition, appartient au canton sur le territoire duquel elle a été trouvée. Néanmoins, si l’État désire la conserver, il est tenu de verser à l’inventeur une juste indemnisation, correspondant au plus à la valeur des pièces sur le marché numismatique suisse.

A moins d’une autorisation, la recherche de monnaies au moyen d’un détecteur à métaux reste interdite et est passible de poursuites.

Jean-Daniel Demarez, 12/2002

Texte

Retour au plan

Les géosciences


Glossaire

La photographie archéologique

Accueil

© Office de la culture
    Section d'archéologie et paléontologie
    Porrentruy, septembre 2006

Hôtel des Halles, 2900 Porrentruy
tél. 032 420 84 51, fax 032 420 84 99



Email: sap@jura.ch