OFFICE DE LA CULTURE
SECTION D'ARCHÉOLOGIE ET PALÉONTOLOGIE

Alle, Noir Bois

Sur ce site, les fouilles ont permis la mise au jour de vestiges et d’objets depuis le Paléolithique moyen jusqu’au Haut Moyen Age. En 1995, il a été classé à l’inventaire des Biens culturels comme site d’importance nationale.

Le Paléolithique

Les premiers hommes à s’installer au Noir Bois sont des néandertaliens porteurs d’une culture appelée Moustérien. Remontant la vallée de l’Allaine il y a 110'000 ans, ils ont profité de la présence naturelle de silex dans la région pour y établir leur campement. Quelques 50'000 années plus tard, d'autres néandertaliens se sont arrêtés sur le site, probablement pour les mêmes raisons. Dans les deux cas, le peu de matériel retrouvé montre que les occupations ont été de courte durée contrairement à ce qui s’est passé au Pré Monsieur. Il peut s’agir de haltes de chasse ou de campements consacrés à d’autres activités (travail du bois ou de la peau, boucherie, ...). Une dent de rhinocéros laineux, datant d'il y a 28'000 ans, témoigne d'une faune aujourd'hui disparue.

Zoom


De nombreux millénaires plus tard, quelques chasseurs Cro-Magnon, porteurs d’une culture appelée Magdalénien (vers 12'000 av. J.-C.), s’aventurèrent à leur tour dans cette vallée. Ils mirent à profit leur halte sur le site pour réparer les armatures de leurs sagaies. Après ce bref arrêt (quelques heures tout au plus – mais peut-être y ont-ils passé la nuit ?), ces hommes quittèrent le site en abandonnant les déchets de leur travail.

En savoir plus
        sur l'exploitation des roches au Moustérien

En savoir plus
        sur le Magdalénien d'Alle, Noir Bois


Le Mésolithique


Les derniers groupes de chasseurs-cueilleurs, porteurs des cultures mésolithiques et qui ont vécu après la dernière glaciation, ont intensément exploités le silex d'Alle. Cette matière a en effet été retrouvée en grande quantité sur les sites de Bure, Montbion, de Porrentruy, Hôtel-Dieu et de Saint-Ursanne, Les Gripons. Paradoxalement, les restes de cette période sont rares sur le territoire de la commune d'Alle, seuls deux artefacts ont été trouvés aux Aiges et deux autres à Noir Bois. Ces derniers sont des armatures: un triangle scalène et un fragment de pointe à retouche unilatérale.


Le Néolithique


Vers 2300-2200 av. J.-.C., des agriculteurs porteurs de la culture Campaniforme (du latin campana, cloche) installèrent leur village. Ils fabriquèrent des poteries de couleur rougeâtre dont certaines évoquent des cloches renversées. De fins décors imprimés par des cordelettes ou des peignes habillent les panses par bandes successives. Si certains groupes campaniformes commencent à faire usage du cuivre, aucune trace n’en a été retrouvée ici. Tout l’outillage est réalisé en silex soit local soit originaire de Develier. Il s’agit de grattoirs destinés au travail de la peau, de lames qui servent à la coupe de céréales et de pointes de flèche. De nombreux points communs ont pu être mis en évidence entre les céramiques et les outils en silex du Noir Bois et le mobilier des sites contemporains du sud-ouest de l’Allemagne. Quelques poteries et silex proviennent de la Forêt-Noire.

Zoom

Zoom

Zoom

L'Age du Bronze

Une pointe de lance à douille est le seul témoin de l’âge du Bronze final, mais une nécropole de cette période a été fouillée à quelques centaines de mètres au sud-est, aux Aiges.

L'Age du Fer

A l’époque de La Tène ancienne, vers 400 av. J.-C., les Celtes choisirent le Noir Bois pour y installer des fermes, avec des greniers et des fosses (silos à grain et légumes) transformées ultérieurement en dépotoirs, qui témoignent de la vocation agricole de ce village. Jusqu'en 1999 et la fouille du site de Delémont, La Deute, il s’agissait là du seul habitat de cette période connu à ce jour dans le Jura et les régions avoisinantes. Les maisons étaient constituées d’une charpente en bois, les murs étaient en torchis ou en pisé. Outre les silos, structures de stockage domestiques qui jouxtent les habitations, les fouilles ont mis au jour des greniers surélevés sur quatre poteaux, structures plus vastes témoignant de l’importance de l’agriculture.

L'Époque romaine

Au début de l’Empire romain, sous Auguste (27 av. J.-C. – 14 ap. J.-C.), l’administration impériale créa, en bordure d’une piste en terre battue, un relais routier destiné aux militaires et fonctionnaires en déplacement. Ce relais fut agrandi sous le règne de Claude (41-54 ap. J.-C.), époque à laquelle est construite une chaussée de 6,50 m de large. Ces aménagements démontrent l’importance stratégique de la voie, l’une des trois routes du franchissement de la chaîne jurassienne, permettant de relier, par le tunnel de Pierre-Pertuis à Tavannes, le Plateau suisse et l’Italie au sud, Mandeure et la frontière du Rhin au nord. Vers 74 ap. J.-C., les conquêtes de Vespasien sur la rive droite du Rhin firent perdre de l’importance stratégique à cette chaussée, et la station routière fut abandonnée. La route, dont on a pu étudier le mode de construction et les travaux d’entretien, continua néanmoins à être très fréquentée au moins jusqu’au 4e s.


Zoom

En savoir plus
        sur les vestiges d'époque romaine

Zoom

Le Haut Moyen Age

Quatre tombes du 7e s. installées en bordure de cette chaussée montrent que s’il elle n’était plus guère utilisable, parce que fort délabrée et envahie par la végétation, elle restait toujours visible dans le paysage.

Jean-Daniel Demarez, Jean Detrey, 09/2002

Accueil  Texte

Retour au plan

Sélection des sites


Glossaire

Site archéologique suivant

Fiche technique

© Office de la culture
    Section d'archéologie et paléontologie
    Porrentruy, février 2008

Hôtel des Halles, 2900 Porrentruy
tél. 032 420 84 51, fax 032 420 84 99



Email: sap@jura.ch