OFFICE DE LA CULTURE
SECTION D'ARCHÉOLOGIE ET PALÉONTOLOGIE

Fouilles 2012

Fouille archéologique à l'emplacement de la future usine TAG Heuer à Chevenez

Suite à la découverte fortuite, le 1er mai dernier, d'un site archéologique lors du commencement des travaux de l'usine TAG Heuer, la Section d'archéologie et paléontologie de l'Office de la culture a débuté dès le 7 mai des fouilles d'urgence sur la surface concernée, soit environ 3000m2, mettant à jour des traces d'occupation humaine s'étendant sur une durée de plus de 5000 ans. Afin de concilier les impératifs légaux en matière d'archéologie et les intérêts du développement économique, les autorités et les promoteurs se sont accordés sur un délai de six semaines pour la réalisation de la fouille sur l'emprise de la future usine.

Les vestiges en cours de fouille remontent à plusieurs périodes. Les travaux ont en effet d'ores et déjà révélé un riche niveau d'occupation datant de l'Epoque romaine (1er au 3e s. après J.-C). De nombreux fragments de poterie datant de cette période, dont plusieurs amphores, ont été identifiés, ainsi que des ossements animaux. Des objets en métal, dont une très belle hache, de même que quelques fibules (broches), complètent les découvertes. Plusieurs foyers de forge ont été documentés, laissant supposer l'existence à cet endroit d'un atelier artisanal spécialisé dans la réalisation d'objets en fer.

Zoom


Sous ce niveau romain, l'équipe de fouille a eu la surprise de découvrir des objets de périodes encore plus anciennes. Ainsi, ont été trouvées deux poteries entières, écrasées par le poids du sol, dont la forme correspond à l'âge du Bronze final (environ 1200 à 700 avant J.-C.). Ces poteries seront coffrées, puis prélevées en bloc, en vue d'être fouillées et étudiées ultérieurement en laboratoire. En outre, une très belle épingle en bronze à tête globulaire, de la même époque, a été prélevée, de même qu'un magnifique fragment de céramique à décor excisé.

De plus, un niveau contenant d'innombrables éclats de silex, des outils taillés, des nucléi (matière première travaillée), ainsi que des percuteurs a été identifié, présumant la présence d'un atelier de taille de silex remontant, d'après la forme des objets, à la période Mésolithique (env. 5000 à 6000 avant J.-C.).

Enfin, de nombreuses traces de poteau, ponctuant le sol, signalent la présence d'anciens bâtiments associés à ces différentes périodes, bâtiments dont la fonction demeurent pour le moment indéterminée.

Zoom


La parcelle devant être libérée d'ici à mi-juin afin de ne pas retarder les travaux de construction de l'entreprise TAG Heuer, des méthodes de fouilles accélérées ont été mises en place, ceci afin de permettre une documentation minimale du site dans les délais impartis. Les objets prélevés seront quant à eux lavés, inventoriés, puis stabilisés pour ce qui concerne les objets en métal. L'opération d'urgence se clôturera par la rédaction d'un rapport de fouille. L'étude scientifique de ces vestiges sera mise en place par la suite.

Céline Robert-Charrue Linder, 05/2012

Voir le communiqué sur le site Internet  www.jura.ch.

Personnes de contact:
Robert Fellner, archéologue cantonal, tél. 032 420 84 53, E-mail
Céline Robert-Charrue Linder, archéologue cantonale adjointe, tél. 032 420 84 43, E-mail

Visionner la vidéo Reportage vidéo

En savoir plus
        sur les fouilles en cours

Accueil 

Retour au plan


Glossaire

Revue de presse

© Office de la culture
    Section d'archéologie et paléontologie
    Porrentruy, mai 2012

Hôtel des Halles, 2900 Porrentruy
tél. 032 420 84 51, fax 032 420 84 99



Email: sap@jura.ch